Les auteurs

Jean-Charles Morisseau

Passionné de théâtre et chef d'entreprise, comme l'était Michel Vinaver, il a initié et co-produit le projet 11 Septembre 2001. Ayant partagé les joies et les peurs de tous les acteurs de cette aventure, il a souhaité en raconter les épisodes et en décrire les multiples facettes. Le théâtre est pour lui un vecteur de progrès et de communion entre individus qui transcende les âges, les genres et les catégories économiques et sociales.

En dehors de ses activités en entreprise, Jean-Charles Morisseau explore les différences culturelles, aussi bien d'un pays à l'autre que d'une époque à l'autre ou d'un côté à l'autre de la même rue. Grand voyageur, habitant en alternance à Paris et à New York, il parcourt tous les continents et profite de ses visites pour identifier les traits universels et les spécificités locales des coutumes humaines.

  

Mathieu Palain par lui-même

Je me suis d'abord rêvé footballeur, puis j'ai cru très fort finir prof de sport, et finalement c'est un livre de Florence Aubenas, La méprise, qui m'a guidé vers le journalisme. C'était en 2006, j'étais un gosse en colère contre les médias après les avoir vus débouler en banlieue, à Ris-Orangis, chez moi, comme on va faire la guerre, avec fixeurs et gilets pare-balles. Cinq ans plus tard j'étais à Libération, un téléphone a sonné sur le bureau d'à côté et j'ai décroché. C'était une attachée de presse, elle me parlait d'un projet dans le 93, des mômes partis de loin qui montaient une pièce de théâtre autour du 11-Septembre. Je ne connaissais pas la pièce mais les dix ans approchaient, j'ai dit ok, j'arrive, et je me souviens du premier jour comme si c'était hier. On était en mai, à Aubervilliers, il faisait chaud. Tout était encore bancal mais une énergie dingue se dégageait. Ils allaient y arriver, aucun doute là-dessus. J'ai attendu la fin de l'histoire et l'article est paru sur deux pages, avec une grande photo. Ce qu'ont réussi ces mômes est la preuve que les grandes choses sont possibles quand on est un peu aidé et que l'envie nous dévore les tripes. 

JoomSpirit